4. PRÉVENTION ET CONTRÔLE: le remède pour soulager ce casse-tête

Accueil Connaissances 4. PRÉVENTION ET CONTRÔLE: le remède pour soulager ce casse-tête

4. PRÉVENTION ET CONTRÔLE: le remède pour soulager ce casse-tête


Article rédigé par:

María Rosa Caro, Jesús Salinas and Nieves Ortega
Département de la santé animale, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Murcia. 30100 Murcia, Espagne.


Le problème... 


Chlamydia abortus, l’agent étiologique de la chlamydiose, est une bactérie intracellulaire obligatoire de nombreuses cellules eucaryotes dans lesquelles elle se développe après un cycle en deux phases propre à ce micro-organisme.


Cycle de Chlamydia abortus (biphasique

FIGURE 1: Cycle de Chlamydia abortus (biphasique) : forme infectieuse et résistante (corps élémentaire, CE) ; forme non-infectieuse (corps réticulé, CR), l’effet des antibiotiques transforme le CR en sa forme latente (corps aberrant, CA) et lorsque l’effet se dissipe, le cycle est réactivé.


La chlamydiose représente actuellement la principale cause d’avortement dans de nombreux pays, en Europe comme dans d’autres parties du monde, en particulier au Royaume-Uni, où il représente environ 50 % des cas d’avortements diagnostiqués.

En Espagne, la chlamydiose est actuellement l’une des causes principales d’avortement chez les moutons et les chèvres.
 

Chlamydia abortus est l’agent pathogène le plus fréquent entraînant des avortements chez les petits ruminants à travers le monde


En outre, cette infection a été reconnue comme étant une maladie zoonotique importante, capable de provoquer un avortement et une septicémie sévère chez les femmes enceintes, en particulier lorsqu’elles sont exposées par contact direct à des brebis ou des chèvres infectés.
 

… et sa solution


Il existe trois types de mesures établies dans la prévention et le contrôle de la chlamydiose:
 

1. Mesures de biosécurité:

Elles se composent prévention à l'introduction des animaux par un contrôle sérologique, la prévention du contact des brebis gestantes avec des placentas ou des fœtus infectés et le maintien des troupeaux sains à l’écart des troupeaux infectés.


ovins

FIGURE 2: Les mesures de la prise en charge sont cruciales pour contrôler et prévenir la chlamydiose.


Éviter le contact des brebis gestantes avec des matériaux issus d’avortement, nettoyage et désinfection des enclos d’agnelage.
 

Les mesures de la prise en charge sont essentielles pour contrôler la chlamydiose.

 

2. Utilisation des antibiotiques:

Ce type de mesure, dans le contrôle d’une infection à C. abortus , est hautement influencée par le caractère intracellulaire obligatoire des chlamydia.
 

FIGURE 3:  “Antibiotics: handle with care” (www.who.int/drugresistance

 

Par conséquent, bien que ce soit une bactérie sensible à de nombreux antibiotiques, il est nécessaire d’avoir des concentrations élevées de bactéries dans le sang pour obtenir de bons résultats thérapeutiques. 
 

L’antibiothérapie est non viable sur le plan économique et inefficace.


Ces faits, associés à la difficulté de prédire le moment de l’infection, rendent l’utilisation de ces mesures, durant certaines périodes de la gestation, non viables sur le plan économique, et l’utilisation inappropriée des antibiotiques pourrait être responsable de la persistance d’une infection subclinique chez l’animal ou du risque possible d’apparition d’une résistance aux antibiotiques. 
 

L’utilisation d’antibiotiques n’aide pas à contrôler la chlamydiose: les animaux infectés continueront à sécréter et à propager l’infection au sein du troupeau

 

3. Immunisation active:

Une vaccination adéquate chez les animaux pourrait contrôler l’avortement dû aux chlamydia chez les ovins, étant donné que la première exposition des petits ruminants à C. abortus induit une immunité protectrice empêchant les problèmes de reproduction après un contact avec cet agent infectieux.
 

La vaccination est le meilleur moyen de contrôler la chlamydiose.


Pour cette raison, la vaccination est le moyen le plus efficace et le plus important pour contrôler et prévenir la chlamydiose.

À l’heure actuelle, les principaux types de vaccins qui ont été développés, disponibles sur le marché ou expérimentaux, contre cette maladie sont les suivants :
 

types de vaccins contre l’AEO

FIGURE 4:  Différents types de vaccins contre l’AEO.


Conclusions
 

  • La chlamydiose (causé par Chlamydia abortus) est la principale cause d’avortement chez les petits ruminants à travers le monde.
     
  • Les antibiotiques ne sont pas utiles dans le contrôle de la chlamydiose au sein du troupeau.
     
  • L’association de certaines mesures de prise en charge et de la vaccination est la meilleure façon de contrôler et de prévenir la maladie.

 

 

ARTICLE PRÉCÉDENT

 


RÉFÉRENCES: 
 

En raison de la vaste bibliographie utilisée dans le cadre de la rédaction de cet article, les références n’ont pas été incluses dans le texte. Si le lecteur souhaite obtenir de plus amples informations sur tout aspect de cette monographie, il convient d’adresser toutes les questions aux auteurs en envoyant un courriel à l’adresse suivante: mrcaro@um.es

© Laboratorios Hipra, S.A. All Rights Reserved.
Aucune partie de ce contenu ne peut être reproduite, copiée, modifiée ou adaptée, sans le consentement écrit préalable d’HIPRA.

 

The contents of this page are country specific and aimed specifically at prescribing veterinarians.

This product is not available in {{ preferredCountry.title }}.

You will be redirected to our global site. Click on continue to visit our global site (available in English).

Confirm that you are a veterinary professional:

This product is not available in {{ countrySelect.title }}.

You will be redirected to our global site. Click on continue to visit our global site (available in English).

  • I am a veterinarian (otherwise please contact a veterinary professional)

Select your country:

Country {{countrySelect.title}}
  • Global (available in English)
  • {{country.title}}