1a. AVORTEMENT : ce vieux problème épineux familier

Accueil Connaissances 1a. AVORTEMENT : ce vieux problème épineux familier

1a. AVORTEMENT : ce vieux problème épineux familier


Article rédigé par:

Jesús Salinas, Nieves Ortega, María Rosa Caro
Département de la santé animale, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Murcia. 30100 Murcia, Espagne.


Dans les systèmes de production animale actuels, la reproduction des espèces dans les exploitations est la base pour obtenir des résultats satisfaisants sur le plan économique d’un point de vue entrepreneurial.


Les problèmes d’infertilité, principalement représentés par des avortements d’origine infectieuse, constituent donc un problème majeur ayant des répercussions sur la productivité des exploitations.


Épidémie d’avortements : énorme problème économique


En effet, si nous prenons en compte les espèces ovines, l’apparition d’épidémies d’avortements affectant un pourcentage élevé de brebis gestantes représente un problème économique très grave pour les exploitants agricoles.
 

Outre la perte d’agneaux, il faut également envisager la production de lait, et la survenue possible de complications qui peuvent entraîner l’infertilité future des animaux.


avortements chez les ovins

 

Selon les estimations, le coût d’un avortement chez les ovins à la fin de la gestation, dont le pourcentage est élevé dans les avortements d’origine infectieuse, dépasse 300 €, et ceci n’est pas simplement une conséquence des pertes directes.


Cela est également dû aux coûts d’entretien et d’improductivité pendant plus de six mois, le temps nécessaire pour que les animaux se rétablissent et soient de nouveau gravides pour être productifs.
 

Le coût d’un avortement peut dépasser 300 €


Des pourcentages de 3 à 4 % d’avortements au sein du troupeau, généralement liés à la gestion, sont considérés comme normaux et acceptables sur le plan économique dans les exploitations intensives.
 

Cela devient un problème lorsque ces taux augmentent de manière significative en raison de causes qui ne sont pas dues à la gestion, comme cela se produit lorsque des avortements de nature infectieuse sont observés.
 

Il existe de nombreux agents infectieux responsables de maladies abortives dans les troupeaux d’ovins, classées comme des maladies virales, bactériennes, parasitaires, et fongiques.


Agent infectieux responsable d’avortements chez les ovins
 

  • En ce qui concerne les agents viraux, on peut citer la Border disease ou la Blue tongue.
     
  • Les agents bactériens comprennent Chlamydia abortus (agent responsable d’avortement enzootique ovin), Coxiella burnetii (responsable de la fièvre Q), Salmonella abortusovis (responsable d’avortement dû à une maladie paratyphoïde), Brucella melitensis, et d’autres ayant une incidence plus faible, tels que Listeria monocytogenes, Campylobacter fetus et Leptospira spp.
     
  • Parmi les parasites, il y a des protozoaires, Toxoplasma gondii et, dans une moindre mesure, Neospora caninum.
     
  • Les infections fongiques sont moins fréquentes mais elles peuvent induire des avortements sporadiques dans le cas de certaines espèces de genres relativement ubiquitaires, comme Aspergillus, Absidia, Mucor et Rhizopus.


Ovins ayant récemment agnelé.

Enclos d’agnelage : ovins ayant récemment agnelé.

 

Il est important de considérer le fait que pour certaines de ces infections, outre leur intérêt vétérinaire d’un point de vue sanitaire et économique, leur nature zoonotique doit être soulignée, comme dans le cas de la brucellose, fièvre Q, toxoplasmose et chlamydiose.
 

Certaines maladies abortives sont des zoonoses et représentent, par conséquent, un risque élevé pour la santé de l’homme


La majorité des données de prévalence proviennent de laboratoires vétérinaires privés consacrés au diagnostic biologique.


Il est difficile d’obtenir des données officielles de la part de chaque pays. Malgré tout, dans un grand nombre de rapports d’études, la chlamydiose, causé par Chlamydia abortus, est la cause principale d’avortement en Europe.

 

     ARTICLE SUIVANT

 


RÉFÉRENCES: 
 

En raison de la vaste bibliographie utilisée dans le cadre de la rédaction de cet article, les références n’ont pas été incluses dans le texte. Si le lecteur souhaite obtenir de plus amples informations sur tout aspect de cette monographie, il convient d’adresser toutes les questions aux auteurs en envoyant un courriel à l’adresse suivante: jsalinas@um.es

© Laboratorios Hipra, S.A. All Rights Reserved.
Aucune partie de ce contenu ne peut être reproduite, copiée, modifiée ou adaptée, sans le consentement écrit préalable d’HIPRA.

 

The contents of this page are country specific and aimed specifically at prescribing veterinarians.

This product is not available in {{ preferredCountry.title }}.

You will be redirected to our global site. Click on continue to visit our global site (available in English).

Confirm that you are a veterinary professional:

This product is not available in {{ countrySelect.title }}.

You will be redirected to our global site. Click on continue to visit our global site (available in English).

  • I am a veterinarian (otherwise please contact a veterinary professional)

Select your country:

Country {{countrySelect.title}}
  • Global (available in English)
  • {{country.title}}